Nous rentrons chez nous….ou pas

Nous rentrons et c’est un vrai plaisir d’installer nos enfants chez nous, de leur montrer leur chambre qu’on a décoré, les doudous, leurs lits, leurs transats comme pour leurs dire « voilà ! Vous êtes chez vous bienvenue ». Toutes ces petites choses qu’on a choisies avant leur arrivée, en les attendant, en pensant à leur bien-être.
Nous rentrons chez nous enfin, non sans inquiétude, nous passons par la pharmacie, prendre du lait, des produits qu’on nous avait conseillé à la maternité et un pèse bébé.
J’étais plutôt angoissée parce que ma fille mangeait trop peu, alors qu’elle aurait dû boire environ 40-60 ml au moins de lait, elle n’en buvait que 10 ou 20. Le personnel de la maternité m’avait conseillé de les caler ensemble de leur donner leurs biberons toujours en même temps et vu leur poids de leur imposer un biberon toutes les 3 heures et de les réveiller s’ils ne l’étaient pas. Le problème c’est que si mon fils se réveillait et réclamait ses biberons toutes les 3 heures environ, ma fille elle semblait épuisée, elle ne mangeait rien, elle dormait tous le temps.
Je devais me rendre une semaine après la sortie de la maternité chez un médecin pour une visite de contrôle j’ai décidé ne pas attendre je m’y suis rendu au bout de 3 jours, le médecin après l’avoir examiné avait constaté une perte de poids et un état de fatigue plus important que la normal. Elle me conseillait d’attendre 48 heures et d’aller à l’hôpital si ça ne s’arrangeait pas. Je n’ai pas voulu attendre j’avais trop peur.
Direction l’hôpital, aux urgences pédiatrique, ce n’était pas celui où j’avais accouché. Les médecins examine ma fille, analyse d’urine, prise de sang, radio des poumons…La prise de sang chez un enfant de 11 jours…les infirmières ne trouvaient pas de veines, ils ont piqués ses bras, ses pieds…quand ils ne trouvent pas ils piquent sur la tête. C’est dur.
Le pédiatre décide de garder ma fille, vu son jeune âge et le fait que je sorte juste de l’hôpital, je suis hospitalisée avec elle, j’aurais un lit (ce qui n’est pas le cas quand les bébés sont un tout petit peu plus vieux).
Je me suis effondrée en larme, encore, quand les infirmières faisaient cette prise de sang, je pleurais parce qu’elle avait mal et je pleurais parce que j’allais être séparé de mon fils pendant plusieurs jours.
Le médecin m’informe qu’on essaiera de la nourrir normalement mais que s’il elle ne se nourrit pas il faudra la nourrir avec une sonde.
On m’installe dans la chambre vers 20h. Je suis accueillie par une infirmière en pédiatrie, c’est une femme d’origine africaine d’une cinquantaine d’années. J’étais épuisée, avec les deux petits à nourrir mes dernières nuits avaient été très courte, elle m’a dit de me mettre au lit, elle s’occuperait de ma fille, j’hésitais un peu, elle insistait, elle était là pour ça. J’étais allongée, ça faisait du bien, elle avait pris ma fille et c’était installé dans le fauteuil, pour ne pas me déranger elle avait tout éteint et s’éclairait avec la lumière de la petite salle d’eau dont elle avait entrebâillée la porte. Je ne dormais pas je les regardais, le personnel de la clinique où elle était née m’avait conseillé de donner des biberons à température ambiante, elle m’avait dit on va essayer chaud, on verra ce qu’elle préfère, quand ma fille commençait à somnoler elle lui parlait elle remuait le biberon dans sa bouche, elle lui chatouillait le cou du bout des doigts pour l’empêcher de se rendormir je l’entendais dire « non non non, on boit, on ne veut pas de la sonde ».
Je lui étais infiniment reconnaissante d’être aussi gentille, de prendre soins de nous comme ça. Ma fille mangeait un peu mieux qu’à la maison mais ce n’était pas encore gagné, la journée je m’occupais de ses biberons, j’insistais plus que les jours précédent je ne voulais pas de cette sonde elle avait eu son compte depuis sa naissance ! J’essayais de reproduire les gestes de l’infirmières j’appliquais ses techniques et ça marchait un peu.
Au bout de 3 jours elle avait repris un peu de poids, on me laissait sortir.

A suivre : les 3 premiers mois, quand on aime on dort pas ! 🙂

Publicités

3 réflexions sur “Nous rentrons chez nous….ou pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s