Il renonce aux festivals

Bertrand Cantat était censé se produire en concert dans les festivals d’été. J’ai signé des pétitions personnellement pour qu’il ne puisse pas se produire et je suis contente qu’il se retire. Certains élus locaux avaient renoncé sous la pression à financer sa venue.

« Il a purgé sa peine », c’est ce que certains opposent, c’est vrai mais l’idée qu’un homme (ou une femme) qui a commis un meurtre puisse se faire applaudir, acclamer m’est insupportable…..mon avis c’est que cette personne, si elle devait reprendre dans ce métier,  devrait travailler dans l’ombre, en coulisse. Comment est-ce qu’on peut tolérer que cette personne reprenne sa vie comme si de rien…certains disent il a le droit de travailler…c’est vrai mais la scène c’est quand même particulier…

Je comprendrais qu’un mécanicien reprenne la mécanique, qu’un boulanger reprenne sa boulangerie….c’est avec les applaudissements, l’admiration d’un public que j’ai du mal…

Ce type a passé 8 ans en prison et il reprend sa vie, c’est son droit, c’est la justice….. mon droit à moi comme tant d’autres c’est de s’opposer à ce qu’on applaudisse un homme qui a tué….

Pour rappel extrait du parisien du 12 mars 2018

« Libéré en 2007 de la prison de Muret , Bertrand Cantat avait purgé plus de la moitié de sa peine après avoir été condamné à huit ans de prison par la justice pour les coups mortels portés à sa compagne d’alors Marie Trintignant en 2003 »

Il avait été condamné à 8 huit ans, il en a fait 4

http://www.leparisien.fr/faits-divers/bertrand-cantat-les-verites-du-juge-qui-l-a-libere-13-10-2017-7329999.php

Le juge qui l’a libéré s’exprime dans une interview au parisien:

Le juge raconte sa rencontre avec Bertrand Cantat, les conditions de sa détention et les raisons pour lesquelles rien ne s’opposait selon lui à sa libération avant la fin de sa peine de prison. Il répond ensuite à des questions   après la libération de Cantat :

Le suicide de son épouse Krisztina Rady ne vous a-t-il pas perturbé ?
Le mot est faible, j’en ai été bouleversé. J’avais rencontré une femme positive, dynamique, lumineuse. J’ai pensé à ses enfants comme j’ai pensé aux enfants de Marie Trintignant. A titre personnel, ce drame m’a d’autant plus marqué le jour où j’ai découvert sur Internet le «communiqué officiel» d’une avocate en mal de célébrité, me présentant en quelque sorte comme «co-responsable» du suicide de l’épouse de Cantat. Selon elle, j’aurais dû faire l’objet d’une inspection de la Chancellerie sur les conditions dans lesquelles j’avais accordé cette libération conditionnelle. Plus grave encore, il était expliqué que le chapitre consacré dans mon livre au dossier Cantat n’avait été écrit que pour couvrir les violences supposées sur son épouse. Une attaque véritablement pernicieuse. L’auteure de ce pamphlet, si elle s’était renseignée, aurait appris que mon livre avait été envoyé pour impression fin 2012, plusieurs mois avant que l’on connaisse l’existence de l’appel téléphonique troublant de Krisztina à ses parents. Je n’ai pas répondu à l’époque, obligation de réserve oblige. Mais cela reste pour moi une blessure indélébile.

N’y a-t-il pas un trouble public quand il donne une interview, sort un disque ou se produit sur scène ?
Je n’ai pas à porter un jugement d’ordre moral sur le choix qu’a fait Cantat de revenir dans la lumière. Je constate seulement que sa libération s’est déroulée sans le moindre incident. Par la suite, il m’a semblé que son retour sur la scène publique s’est déroulé de manière progressive, discrète, décente. Bien sûr, la discrétion est la règle pour la réinsertion de condamnés à de longues peines, c’est aussi une condition pour que s’exerce le «droit à l’oubli». C’est ainsi que j’ai pu, sans que cela ne s’ébruite, accorder ou favoriser la réinsertion de détenus auteurs de faits criminels ayant eu un retentissement exceptionnel. Pour Bertrand Cantat, c’est tout autre chose. Impossible d’imaginer pour lui ce droit à l’oubli, comme le montre la polémique de ces derniers jours. De toute façon, lui-même n’oubliera jamais ses actes. Depuis une certaine nuit de juillet 2003, je le crois plongé dans une culpabilité profonde, une souffrance inextinguible, une prison intérieure dont aucun juge ne pourra le libérer.
Comprenez-vous l’émotion que cela puisse susciter au sein de la famille de Marie Trintignant ?
Totalement. J’ai apprécié le silence digne de Nadine Trintignant lors de la libération de Bertrand Cantat alors qu’elle était invitée sur une chaîne télévisée.

 

Dans le journal le point Nadine trintignant, mère de Marie Trintignant

« comment se fait il qu’un homme où on sait qu’il a tué, ce n’est pas un mystère….comment ose-t-il ? Je trouve honteux, indécent, dégeulasse, qu’il aille sur scène » « « je me demande ce que les gens qui y vont pensent. Qu’est ce qu’ils font du sang, des coups, des larmes?……tout le monde semble avoir oublié le nombre de coups qu’à reçu Marie : vingt-trois ! vingt-trois coups »

Je ne comprends pas non plus ……

 

Publicités

Merci la génétique…😉

Lors de d’une fête de famille (famille, côté maternel bien sur cf article précédent 😉….)le weekend dernier, j’ai fait la rencontre d’un petit garçon, fils de ma cousine.

Il se trouve que ce petit garçon a une particularité, un eczéma géant, le visage et  le cou sont très marqués. Sur le coup de loin je me suis dit qu’il avait peut-être la varicelle mais à y voir de plus près j’ai bien vu que c’était pas ça. Et puis mon oncle, son grand-père qui a vu que je le regardais m’a demandé « ça te rappelle quelque chose ? » ben oui en effet…

Petite j’étais pareille. Au point où l’un de mes premiers souvenirs d’école c’est le regard dégouté des autres enfants, le refus pour certains de me donner la main pour se ranger deux par deux…ce que je comprends d’ailleurs… quand on est enfant, on ne sait pas ….

Aujourd’hui mon eczéma est quasi transparent pour les autres, je le maitrise au mieux et depuis les 6 mois de mon fils nous essayons de maitriser pour lui aussi….

Comme me l’ont dit plusieurs dermatos « votre eczéma ne partira pas, c’est génétique, mais vous pouvez essayer de le maîtriser en évitant tout facteur irritant, déclenchant, allergisant… » et cette maîtrise passe essentiellement par l’hydratation.

Mon oncle m’a demandé d’échanger avec ma cousine sur le sujet, en tant qu’experte… 😉 et je me suis rendue compte que malgré l’espace que ça occupe chez moi, bizarrement j’en ai jamais parlé ici…

Dès le lundi, un mail, je mettais par écrit pour ma cousine et surtout pour son fils les choses qui m’ont sauvés…et je me suis dit que ça pouvait avoir sa place ici aussi….

Mon fils a eu ses premiers soucis de ce coté là vers 6 mois et je suis obligée pour lui de prendre des précautions particulières choix des savons, hydratation, parfois médication…

Nous avons rencontrés à ce sujet dermato, généraliste, allergologue. Pour lui pas d’allergies.

A six mois la dermato m’avait dit qu’il pouvait y avoir eu un choc déclenchant, et nous avions pensé qu’il y avait peut-être un lien avec la douleur de l’arrivée des premières dents.

Hydratation maximum pour la maitrise, en cas de crise par contre, de poussée que je n’aurais pas réussie à maîtriser la cicatrisation va se faire grâce à une pommade à base de cortisone Locatop ou encore à une pommade qui n’est pas prévue  pour ça je crois mais qui marche très bien : la Cétavlon.

 

 

Mon fils a essayer de prendre de nombreux traitement homéopathique qui n’ont pas eu d’effet, il a pris par contre de l’aerius, un antihistaminique qui a permis  de lui éviter les démangeaisons et ça a pu contribuer à la cicatrisation si besoin.

Et en dehors donc des éventuelles crises, poussées d eczema ou psoriasis, et bien on hydrate on hydrate et on hydrate encore :

Douche avec Bioderma ou huilante Laroche Posay

20180307_223822.jpg

2 crèmages par jour, c’est contraignant mais il faut s y tenir, un le matin, un le soir avec au choix :

Avène, Baume bioderma, Nivéa ou encore weleda amande douce….Pour hydrater elles sont bien mais en cas de grosse crise pas forcémént…

20180307_224049.jpg

 

 

A bientôt !!!

La culpabilité

La maternité m’a amené souvent ici à revenir sur des moments de mon enfance, de mon adolescence, sur des moments forts qui ont fait un peu de ce que je suis aujourd’hui…

La culpabilité c’est un sentiment que je ressens depuis longtemps ….

Je suis revenue une ou deux fois sur ma relation avec mon père, peut être plus…

Je n’ai plus vécu avec lui depuis mes 11 ans, je l’ai croisé au hasard depuis, de temps en temps, il a eu mon numéro de téléphone il y a quelques années….il me laisse par période, environ tous les deux ans, des messages sur mon répondeur, des reproches, parfois des insultes, des plaintes… et je lui réponds par sms.

Forcément il fait pas les choses comme tout le monde…

Il y a deux jours au travail,  je reçois un appel, c’est mon père, dans mon répertoire je l’ai enregistré sous « mon père » j’ai pas pu écrire papa, je ne réponds pas, je laisse sonner…je me dis que j’écouterai  le répondeur.

J’écoute le répondeur, il ne me parle pas, j’entends des gens qui parlent, des bruits comme si le téléphone était dans sa poche, je me dis qu’il m’a peut-être appelé par inadvertance ou peut-être il fait semblant de m’appeler par erreur laisse le répondeur tourner parce qu’il veut que j’entende quelque chose…mon père est un manipulateur mais je connais ses trucs….

Bon…la journée passe c’était peut-être une erreur.

Hier ça recommence je reçois un appel, je laisse sonner, j’écoute le répondeur, même processus, cette fois c’est sur il veut que j’entende quelque chose. Son petit jeu m’amuse pas…mais il obtient ce qu’il veut finalement…je lui envoie un message.

De fil en aiguille il m’apprend qu’il est hospitalisé en psychiatrie, sur le répondeur c’est bien ce que j’avais cru comprendre , j’avais pensé a une hospitalisation…il est dans un service spécialisé dans l’addictologie…il veut que je l’appelle me donne un numéro, je vérifie c’est bien le numéro d’un hôpital psychiatrique mais je ne veux pas l’appeler. Je lui réponds de prendre soin de lui, d’essayer d’accepter les soins et les aides mais je ne l’ appelerai pas…et je culpabilise

Je me dit que ce type est un fou, un pervers, je ne peux rien faire pour lui…mais une part de moi culpabilise.

Je me pose des questions…Je décide d’appeler l’hôpital, on me passe l’unité où il est interné, je me présente, je suis la fille de, j’aimerais savoir ce qui s’est passé, elle me dit que je peux lui rendre visite demain, je lui réponds que je ne viendrai pas, elle ne me renseignera pas…

Tant pis….je me déleste ici un peu de tout ça

 

Notre semaine de vacances… enfin

Une semaine de vacances très attendue, cette semaine pour l’instant répond à ce que j’en attendais : du repos…après un mois où on alterne rhume otite bronchite gastro on a tous besoin de se refaire une santé,  du temps du temps avec les enfants pour leur raconter des histoires, pour leur faire des câlins et pour jouer avec eux.

J’ai profité de cette semaine pour emporter des jeux qu’ils avaient eu à Noël et qu’on avait mis de coté parce que pas trop le temps de se pencher sur les règles et des livres parce que les enfants sont inscrits depuis peu à la médiathèque de ma ville. Il faut dire qu’il y a encore peu de temps face au coté un peu ingérable de mes enfants j’avais pas encore osé y mettre les pieds….

On dort beaucoup, mes enfants font des nuits de 12h et pour moi des nuits de 8-9h contre à peu près 6-7h au max en temps normal …ça fait du bien.

Je suis toujours très fière de mes enfants malgré leur tempérament un peu explosif qui me donne quelques difficultés parfois, je leur trouve de nombreuses qualités (je suis leur maman…) je suis épatée souvent par leurs capacités à comprendre rapidement… et je me faisais la réflexion en les poussant sur la balançoire du parc que jusqu’ici j’ai aimé chaque étape, j’avais pas conscience avant de les mettre au monde qu’avoir un enfant c’était l’accompagné dans chaque petite étape de sa vie, de celle qui peut paraître la plus naturelle, la plus anodine aux choses les plus complexes….je nous revois quand ils avaient 5-6 mois les encourager quand ils étaient sur le dos qu’ils arrivent à se mettre sur le ventre et vice versa. Aujourd’hui je suis épatée de voir ma fille écrire son prénom, celui de ses copines et d’autres si je lui épelle tout comme je suis épatée de la mémoire de mon fils, de le voir compter 2+2 , 2+4….

Je suis redescendu de mon nuage après une visite dans la famille de mon mari, une visite pendant laquelle mes enfants courraient en criant à tue têtes autour de et sous la table, à effrayer le vieux chien, à sauter sur le canapé, à toucher à tout….des gosses hyper surexcités et ingérables tout à coup sans que j’en comprenne les raisons, un comportement qui a rendu toute conversation quasi impossible et qui a rendu la visite plutôt désagréable….enfin bref… de tout ça j’ai souvent pensé que je leur donne tellement d’attention quand on est entre nous que peut-être dès que je discute avec quelqu’un, dès que j’ai une activité qui n’a rien avoir avec eux et bien tout à coup c’est le gros bordel…

Voilà …. Sinon nous avons passé beaucoup de temps sur ce jeux de société

20180221_223446-1.jpg

 

que je trouve vraiment très très bien pour des enfants de 4 ans et demi,  des jeux qui l’air de rien les amènent  à compter, à reconnaître des sons, des mots, on a surtout joué à un jeu qui ressemble un peu à une sorte de Monopoly pour les petits, une sorte de jeu qui se rapproche de la bataille, une sorte de memory et c’était pas prévu par la notice mais ils ont pu jouer à quelques chose qui se rapprochait de très près au solitaire et c’est là d’ailleurs qu’ils m’ont le plus impressionnés

 

 

 

Des vacances agréables, reposantes, j’avais aussi prévu des choses pour moi, un roman à lire par exemple, l’apprentissage de l’anglais sur babbel et je n’ai rien fait de tout ça pour le moment ….tant pis….j’ai quand même un peu progressée depuis que je l’utilise, deux mois environ…je me suis surprise à comprendre des chansons simples.

A bientôt

Métro boulot dodo et petits bobos

La vie suit son cours et nous sommes rentrés dans un certain train-train pas tellement sympa.

L’hiver est très dur pour les petits, les maux d’hiver n’en finissent pas, l’école m’appelle régulièrement pour me dire que l’un ou l’autre de mes enfants est malade et qu’il faut venir les chercher… ils sont toujours malgré tout aussi ingérables énergiques 😉

La maison est toujours en désordre, on a jamais le temps de rien…. Ils se chamaillent autant qu’ils s’adorent….

De nombreux réveilles la nuit à cause des petites maladies, une fois réveillée impossible de me rendormir…on barre les jours sur le calendrier….  « je vis des jours barrés…. »

Voilà un court résumé de notre vie en ce moment….

Ma fille a fini par s’adapter à être seule en classe sans son frère ce qui rend les choses un peu moins difficiles, je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle est épanouie on en est pas là mais ça va mieux.

Elle vit un peu dans son monde, elle se déguise, parle à des personnages imaginaires, elle passe beaucoup de temps à écrire des prénoms qu’elle connait, elle dessine beaucoup

A 4 ans et demi nous n’avons pas réussi à nous séparer des tétines….elles sont proscrites en attendant du réveil au coucher mais c’est pas gagné cette histoire

Sur un tout autre sujet, j’y pensais justement il y a peu de temps, les dents du bonheur de mon fils, je le regardais et je me demandais si ses dents allaient rester comme elles sont actuellement, très écartées.

Le hasard….j’ai été contacté par mail par une lectrice de passage qui me parlait d’un article que j’ai écrit il y a déjà deux ans.

Mon fils était tombé dans le salon pendant que je changeais sa sœur, pour être honnête je n’ai pas vu comment il s’était blessé mais il s’était cogné très fort la lèvre et le frein de sa lèvre supérieur s’était trouvé comme coincé entre ses deux incisives. Une grosse frayeur….beaucoup de sang, après une visite à l’hopital il en était ressorti qu’il n’y avait rien à faire il fallait attendre que ça cicatrise tout seul.

Et il y a peu de temps donc j’ai repensé à ça parce que les dents de mon loulou sont très écartées, il a les dents du bonheur et j’avais l’impression que c’était peut-être lié à la cicatrisation du frein de sa lèvre et après quelques recherches sur internet et bien il est en effet fort probable que ce soit le résultat de sa chute.

2 ans en arrière ….mon fils était captivé par le clip d’Indila, je l’ai revu ce weekend, d’ailleurs on entend plus trop parlé de cette artiste, c’était bien….

 

Aller je vais me coucher …

 

A bientôt !

 

Hommage à un petit gars

Vous l’avez peut-être vu à la télé, Wang 8 ans, ce petit garçon chinois qui après avoir parcouru son trajet quotidien de 4.5 km par environ moins 10 ° sans bonnet, sans gant pour rejoindre son école est arrivé les cheveux, les sourcils gelés….photographié par son professeur ses conditions de vie arrive jusqu’à nous…. une vie rude et un petit garçon hyper courageux….je vous laisse à ce que ça vous évoque….

Ce matin j’avais envie de vous parler de lui….

topelement

 

http://www.lessentiel.lu/fr/news/insolites/story/Il-arrive—-l—cole-avec-les-cheveux-gel–s-18453236

L’enfant apparaît les cheveux rendus hirsutes par le froid et les sourcils gelés. Dans le fond de la classe, on aperçoit deux camarades hilares, sans doute plus parce que l’enseignant de cette école primaire de Zhuanshanbao est en train de le prendre en photo que par la situation elle-même.

Il faisait moins 9 degrés le jour où la photo de ce petit garçon a été prise. Comme chaque jour, il venait alors de parcourir 4,5 kilomètres depuis son domicile dans la zone rurale de Zhaotong, dans la province de Yunnan, en Chine, pour se rendre à l’école, où il est arrivé littéralement congelé, racontent les journaux chinois The paper qui, le premier, a diffusé les photos, et Peoples Daily, relayés notamment par le quotidien espagnol El País.

Mais la photo prise par l’enseignant est devenue virale et a suscité l’émoi. La famille a ainsi reçu des gants et un bonnet. Son école et d’autres établissements alentours ont reçu, eux, 12 750 euros d’aide environ. Le gouvernement a promis de reloger la famille bien plus près de l’école de Wang.

projets 2018

Je suis contente que l’année 2017 soit terminée, on est dans la continuité pourtant…. ça changera pas grand-chose….

2018 ça nous fera 10 ans de mariage, le 19 juillet, c’étais une super belle journée….

2018 ça veut dire qu’on avance….des vacances à venir….des vacances que j’attends impatiemment parce que je suis fatiguée mais surtout parce que j’ai envie d’avoir du temps pour moi, de faire des choses qui me plaisent, pour passer du temps avec mes enfants et éventuellement peut-être, avec mon mari.

Parfois je me sens comme un chien qui porte une muselière (ça me fait toujours mal au cœur de voir ça…), comme un lion en cage, comme un claustrophobe dans un tunnel, comme un ressort sur lequel on appuie et qui demanderait qu’à…………>>>>>>>

Pour ceux qui me lisent depuis longtemps, pour vous donner de petites nouvelles… est ce que vous avez lu le vieil homme et la mer d’Hemingway ? moi je l’ai lu il y a quelques années, un détail, une conversation exactement, me fait me souvenir que je l’ai lu en 2008  et ce roman m’avait de suite fait penser à lui…si vous ne l’avez pas lu il faut le faire, ,vous passeriez à coté de quelque chose…..mon grand père est toujours là sous traitement, sous morphine malheureusement… « Le cœur en fièvre et le corps démoli, avec cette formidable envie de vie…. »

Les enfants ont presque tout pile 4 et ½, le rythme est difficile à tenir…c’est peut-être l’hiver aussi, je sais pas…..je ne regrette pas d’avoir repris le travail et puis surtout j’avais financièrement pas le choix…et puis pour moi c’est vrai c’est mieux…. je me prends la tête sur des trucs, je vois des gens….en dehors du boulot, j’essaie de passer le max de temps avec mes loulous , mais je dois aussi avouer qu’en ce moments mes loulous sont un peu chiants….ils n’écoutent rien, ils sont hyper trop bruyants, ils jouent courent sautent dans l’apart comme dans une cour de récrée et puis je dois lutter particulièrement en ce moment contre le coté « un peu » capricieux de ma fille….elle est toute mignonne hein la plupart du temps mais parfois….un exemple évocateur….à Noel ma petite a été plutôt gâtée, pas excessivement non– vraiment – mais un cadeau des parents, d’une mamie par ci, d’une autre mamie par là , d’une tata…enfin du père noel…..ça peut vite montée à la tête tout ça…à titre d’exemple : ma fille fait tombée un coffret de perle  qu’elle a eu, je lui dit de faire attention et de ramassée tout ça, parce que ça va partir dans l’aspirateur, elle me répond « je m’en fiche j’ai plein d’autre cadeau …. » vous voyez le genre…y a du boulot….

Je pense pas trop les gâter pourtant …j’ai l’impression qu’ils ont juste ce qui leur faut… Jeune, j’ai manqué de beaucoup de chose, j’ai pas eu beaucoup de vêtements neufs, la plupart avait déjà été porté, même les sous vêtements,ils étaient parfois même usés, je crois que c’est ce qui a fait aussi que j’étais si timide, si mal à l’aise, j’avais pas envie qu’on me regarde….. trois ans de suite je me souviens avoir demandé à ma mère des chaussures  pour  Noël. J’étais pas malheureuse pourtant….je l’étais peut-être un peu…mais je suis une positive…enfin bref mes enfants n’auront pas la vie que j’ai eu mais je voudrais qu’ils comprennent la chance qu’ils ont… alors quand ils font ,la grimace devant leur assiette, je suis de celles qui rappelle qu’il y a des gens qui vivent dehors et qui n’ont pas de quoi se nourrir, je les menace de donner leurs jouets à des enfants qui n’ont pas la chance d’en avoir ….je me fais penser à ma grand-mère et ses histoires d’orange à Noël…..vous la connaissez peut-être « à Noël on avait une orange et on était bien content ! » bon on travaille sur tout ça….

Sur un tout autre sujet j’ai envie d’apprendre l’anglais et l’espagnol, j’ai pris un abonnement sur le site Babbel, je vais tester…..j’écoute des chansons en Anglais, en Espagnol….cette année je pars à Brest en février, Londres en avril et à Barcelone en juillet, c’est plié. Je suis impatiente….

Et pour finir en style patchwork….mes trajets en rer sont souvent pénibles et tumultueux mais j’aime bien ces moments, je me retrouve seule avec moi-même au milieu de toute cette foule et je pense à 3 milliards de choses, je prends jamais de bonnes résolutions mais cette année je vais essayer  de profiter d’avantage de certains moments, d’essayer de savourer ce qui est savourable

Gros bisous à tous !!!