Cuisinière du dimanche – La Charlotte

A droite les petits doigts de ma fille qui voulait gouter….;-)

C’est une première pour moi.Toujours dans l’esprit de proposer des recettes traditionnelles françaises et pour changer un peu, vous proposer cette fois une recette sucrée, j’ai pensé à la Charlotte.

Pour être bien sur quand même de la provenance de cette recette ,  j’ai fait quelques recherches et la Charlotte en fait, à l’origine c’est une recette Anglaise mais  notre version française n’a pas grand-chose à voir.

http://www.dumieletdusel.com/archives/2008/06/17/9571801.html

La Charlotte est d’origine anglaise. Yes. Il faut dire : The charlotte.

On l’a nommée ainsi au tout début du XIX° siècle, en hommage à la reine Charlotte, l’épouse du roi George III. Le nom désignait un entremets préparé dans un moule haut à bords évasés. Le moule était tapissé de  pain de mie beurré, bread and butter, ou de brioche, puis rempli de compote de pommes ou de prunes. C’était en fait une sorte de pudding, que l’on cuisait  longtemps au four.  Très éloigné de notre charlotte  sans cuisson, à base de biscuits à la cuillère et de crème bavaroise.

Ma recette pour une charlotte au chocolat au lait

Ingredients

  • 4 feuilles de gélatines
  • 2 œufs
  • 130 g de sucre
  • 150 de chocolat patissier noir ou au lait
  • 30 cl de lait
  • 40 cl de creme fraiche épaisse
  • Biscuit à la cuillère
  • Sel

Mettez les feuilles de gélatine à tremper dans l’eau froide.

Séparez les blancs des jaunes. Dans un saladier, fouettez les jaunes aves le sucre.

Faire fondre à feu doux le chocolat en morceaux dans le lait. Incorporez-le au premier mélange-

Ajoutez le tiers de la crème et faites chauffer à feu doux, en remuant jusqu’à ce qu’il épaississe. Hors du feu, ajoutez la gélatine essorée, mélangez et laissez refroidir.

Pendant ce temps, montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel, puis incorporez-les délicatement à la préparation.

Fouttez le reste de la crème en chantilly et ajoutez également  à la préparation. Placer au frais pendant au moins 2 heures.

Tapissez un moule à charlotte avec les biscuits puis versez la crème au chocolat. A mi-hauteur remettre une couche de biscuits versez à nouveau la crème au chocolat puis fermer la charlotte avec une dernière couche de biscuits à la cuiller.

Après démoulage j’ai essayé de décorer le dessus de ma charlotte avec un peu de crème qu’il me restait et des amandes effilées.

 

Cuisinière du dimanche – velouté champignons de paris asperges vertes et saint jacques

Cette semaine je me suis dit que j’allais vous proposer cette recette plutôt très simple que j’avais déjà faite il y a quelques années.

 

img_20161101_220649.jpg

 

Voici les ingrédients que j’ai choisi, vous pouvez prendre des produits frais, surgelés ou en conserve, ça vous prendra juste un peu plus / un peu moins de temps….

 

Les ingrédients :

  • 1 petite bte conserve d’asperges vertes (j’ai utilisé plutôt les pointes de  celles –ci pour la déco)
  • 1 grande boite conserve d’asperges vertes
  • 200g de champignons de paris, frais ou en boite…
  • Un petit oignon
  • 40 cl de crème liquide
  • Sel poivre, huile d’olive
  • 1 sachet de saint jacques ( les décongeler avant cuisson)

 

Je vous avoue que j’ai hésité à mettre l’oignon….j’ai cuisiné de mémoire sans recette et je savais plus si la première fois j’avais mis un oignon ou pas, je me suis dit que ça donnerai du gout…à vous de voir..c’est pas indispensable.

Faire rissoler le petit oignon émincés dans de l’huile d’olive, ajouter les champignons, quand ils sont cuits ajouter les asperges (conserver quelques pointes d’asperges pour la déco), saler, poivrer, et faire chauffer avec les oignons / champignons  quelques minutes.

Dans une casserole, mixer le tout avec les 40 cl de crème liquide jusqu’à obtenir la texture velouté souhaitée. Rajouter un peu de sel si besoin.

Dans une poêle faire rissoler dans du beurre les saint- jacques (vous choisirez la quantité) 2/ 3 min jusqu’à ce qu’elle soit légèrement dorées.

 

Réchauffer si besoin le velouté. Le verser dans des assiettes creuses, disposer les Saint-Jacques et les têtes d’asperges.

Bon appétit !

 

 

 

 

Cuisinière du dimanche – Navarin d’agneau

img_20161016_193057.jpg

 

Ce dimanche je me suis lancée dans une recette que je n’avais jamais testé, le navarin d’agneau. Pendant des années j’ai été un peu fâchée avec l’agneau, mon grand-père en élevait,  ce n’était pas son travail mais une de ses nombreuses activités parallèles, j’étais pas super fan de cette viande mais ça dépannait bien ma mère donc on a mangé souvent, un peu trop souvent à mon gout….Après plusieurs années sans, j’y suis revenue un peu et l’agneau dans le commerce avant un gout un peu moins prononcé j’ai un plus apprécié…

Pour cette recette j’ai trouvé plusieurs variantes dans les ingrédients, je savais  pas trop laquelle choisir…du coup après avoir lu plusieurs recettes et compris l’idée générale du plat, je n’ai pas suivi de recettes à la lettre…certaines recettes par exemple disaient d y mettre du concentré de tomate, une autre des fèves alors que d’autres pas….voici ce que j’ai fait moi :

D’abord la viande d’agneau est assez cher, mais notre boucher prend les tickets restos (ils sont nombreux à le faire je crois) et comme avec les petits on ne va pas trop au resto, que mon mari ne s’en sert pas trop, pour le midi je lui prépare des petits plats qu’il mange au boulot….. on se sert souvent des tickets resto  chez le primeur, chez le boucher…Et puis ce genre de plats, sont plutôt rentables parce que ce sont des plats familiaux , nous sommes 5 bien que les petits mangent très peu…. vous pouvez mangez dessus à plusieurs et moi j’aime bien les faire le dimanche, il en reste toujours  pour le lundi midi…

Donc le boucher nous a préparé environ 1 kg de viande d’agneau dans le gigot –  17 euros, environ 2 tickets resto….

  • J’ai fait doré les morceaux d’agneau et un oignon émincé dans un peu d’huile d’olive
  • J’ai assaisonné d’un peu d’ail en poudre et d un peu de cumin
  • J’ai ajouté deux cuillères à soupe de farine – bien mélangé –  puis j’ai ajouté 250 ml d’eau et 1 cube de bouillon de bœuf
  • J’ai couvert et j’ai laissé cuire à feu moyen pendant ½ heure

Pendant ce temps

  • J’ai épluché et coupé en bâtonnets 4 carottes, mais vous les couper en rondelles si vous voulez… 😉
  • J’ai épluché et coupé en quartier 5 petits navets
  • J’ai épluché et coupé 5-6 petites pommes de terre

La viande à cuit une demi-heure,  il faudra à nouveau 1/2 heure pour la cuisson des légumes :

J’ajoute 250 ml d’eau  + 1 nouveau cube de bouillon de bœuf dans ma cocotte , mes carottes et mes navets, j’ai attendu à peu près 10 min pour ajouter mes pommes de terre qui cuisent plus rapidement. J’ai profité de ce temps pour jeter mes épluchures…un peu de vaisselle…

 Après ½ heure je pique un navet, il est tendre, il est cuit,  j’ajoute une boite de petits pois en conserve et je laisse cuire deux / trois minutes. C’est prêt !

Bon Ap !

La blanquette de veau

J’ai préparé ce plat dimanche dernier, en cherchant une recette j’ai trouvé quelques variantes voici j’ai comment j’ai procédé:

C’est un plat qui demande 2h de cuisson mais peu de préparation

  • Les ingrédients  pour 4 – 6 personnes:

 

  • 1 kg de blanquette de veau
  • 3-4 carottes
  • 1 oignon
  • 1 petite boite de champignon
  • 1 petit pot de crème
  • 1 jaune d’œuf
  • 2 cs de farine
  • 25 cl de vin blanc sec
  • Le jus d’un citron
  • 2 cubes de bouillon poule au pot
  • beurre

 

  • Recette:

Couper les carottes en rondelles et émincer l’oignon

Faire revenir les morceaux de blanquette dans du beurre, quand les morceaux sont un peu dorés, saupoudrer de deux cuillères à soupe de farine et bien mélanger.

Ajouter 3 verres d’eau puis les deux cubes de bouillon puis le vin.

Ajouter ensuite les carottes, l’oignon émincé, les champignons.

Laisser mijoter 2h à tout petit feu

Au dernier moment , mélanger la crème le jaune d’œuf  et le  jus de citron et ajouter ce mélange au reste.

Personnellement je sers ce plat avec un peu  de riz.

(j’avais oublié d’acheter un citron, du coup pas de citron c’était bon quand même)

 

Bon appétit !:-) cuisiner la fenêtre ouverte, vous allez embaumer tout le quartier 😉

 

 

 

 

 

Surement signe que je vieillis…. :-)

J’ai commencé à cuisiner,  vraiment(je parle pas des coquillettes jambon, ou d’ouvrir une boite d’haricots verts) quand j’avais 25 environ, au départ plutôt dans des périodes d’ennuis…. comme je vous le listais dernièrement j’ai occupé de nombreux postes en cdd et j’avais parfois entre deux emplois des périodes de chômages où je m’ennuyais  à mourir et pendant lesquelles petit à petit, je me lançais dans des recettes parfois longues, parfois plutôt très compliquées…je pense par ex à des  nems maisons, ravioles, brioches  que j’ai fait et refait jusqu’à les maitriser….et puis avec les émissions culinaires , à l’époque avec « un diner presque parfait » et puis « master chef » « top chef » je me lançais parfois des défis personnels, je disais à mon mari « ce soir je te fais un repas de chef !!! » mdr

 Je me retrouvais parfois dans une galère pas possible…..des recettes qui n’en finissaient pas….de la vaisselle par-dessus la tête avec des plats qui au final parfois ne ressemblaient à rien….lol  et puis comme je voulais laisser jusqu’au bout la surprise de mon plat j’interdisais l’accès à la cuisine et je faisais le service…pour mon mari c’était tout bénef… 😉 enfin pas toujours….j’ai servi parfois des choses improbables  mais c’est en forgeant qu’on devient forgerons…. 😉 et puis c’était amusant et pendant des années on avait tout le temps….pas d’enfants, enfin si ceux de mon mari mais une semaine sur deux…. et au fil du temps j’ai fini par avoir de bonnes bases…

Entre 25 et 30 ans je me suis beaucoup amusée en cuisine, j’adorais recevoir tout le monde à Noel par ex …mais depuis 3 ans j’avais délaissé les fourneaux sans aucun regrets par manque de temps, fatigue,  très peu de plats préparés ou de surgelés mais des choses rapides, simples, qui ne demandent pas 3 heures de préparation.

J’en viens au fait…Mes enfants ont grandis, ils sont plus autonomes et j’ai à nouveau envie de cuisiner.

J’ai des envies de transmettre….transmettre ce que je connais de la cuisine et je ne suis pas chauvine pourtant mais en particulier des envies de transmettre ce que je connais et ce que je vais encore apprendre de la cuisine française….

Enfant j’ai des souvenirs de bœuf bourguignon, de poulet frites, de gratin dauphinois, d’escalope à la crème (je mange bcp moins de crème depuis que j’ai quitté la Normandie mais ma mère en mettait partout !!! lol) , de pot au feu, de hachis Parmentier, de quiche Lorraine, de lapin à la moutarde, le soufflé au fromage…. j’ai mangé des escargots et des cuisses de grenouilles…..

Enfants je ne raffolais pas de tous ces plats,  j’ai quand même de très mauvais souvenirs …. la potée au choux ou les endives au jambon…beurk ! lol  mais je suis contente finalement qu’ils fassent partie de mes souvenirs, contente de les connaitre, et je ne sais pas pourquoi comme je le disais en titre, peut-être parce que je vieillis, ça me semble important que mes enfants connaissent ces plats aussi. Et si je ne les fait pas qui le fera ??? 😉

Alors je ne sais pas…je me sens investie d’une mission pour mes enfants lol , dans ce domaine et dans les autres bien sûr mais aujourd’hui je parle cuisine, transmettre cette culture culinaire. En plus des plats que j’ai cité plus haut, la liste de ce que je pourrais leur proposer est tellement longue ….la ratatouille, le cassoulet, le navarin d’agneau, le poulet basquaise, la bouillabaisse, la blanquette de veau, la tartiflette, la salade niçoise, les tomates farcies……

Le dimanche en général je tourne en rond…je me suis dit que les dimanches ou j’aurais le temps, je me lancerai dans unes de ces spécialités, bon après ça pourra aussi être dimanche couscous ou paella…..

J’ai commencé ce dimanche par une blanquette de veau, je donnerais ici très prochainement la recette (parce que ce matin je n’ai plus le temps) que j’ai testé et toutes mes recettes du dimanche dans une nouvelle catégorie «  cuisinière du dimanche » .