En attendant Bojangles

J’avais acheté ce roman en février et j’avais pas réussi à le lire encore mais ça y est …

Je vous le racontais en février je crois….il n y que dans les transports en commun que j’arrive désormais à lire un roman…je n’arrive plus à prendre le temps de lire et pourtant j’adore ça. A la maison je me trouve toujours quelque chose de plus « important » à faire…..J’ai repris le boulot, les transports….

Depuis petite j’ai toujours beaucoup lu, j’avais la chance d’avoir une grande médiathèque pas loin de chez moi, et je fais partie de ces gens qui pensent qu’un livre peut changer une vie.

C’est l’histoire d’une famille, un couple, un enfant et leur animal de compagnie, un oiseau exotique  La rencontre de deux personnalités en dehors des normes, un couple atypique, déjanté….l’histoire est alternativement raconté par l’unique enfant de ce couple, spectateur de ses parents et de leur folie et par le père, le mari.

« En attendant Bojangles »  parce que selon l’auteur cette chanson, chanson phare du couple,  « mister Bojangles » de Nina Simone, est  un mystère parce qu’ elle a cette particularité d’être aussi gaie que triste, à l’image de la folie des personnages….on ne sait pas trop quoi en penser….Je ne vous en dit pas plus, si le roman vous tente….

Certains ont comparé ce roman à un roman de Boris Vian, j’y ai pensé forcément en le lisant pour le côté décalé des personnages et des situations, tout ça sur fond de jazz…..

J’ai lu plusieurs livres de Boris Vian que j’ai plus ou moins aimé mais j’avais adoré l’arrache cœur….Ce roman m y a fait penser, je ne peux pas dire le contraire

Ce que j’adore dans les romans ce sont les épigraphes, ces petites citations en premières pages, ça a souvent déclenché mes envies de lire ou non un roman.

Ici

« à mes parents pour ce mélange de patience et de bienveillance, témoignage quotidien de leur tendresse »

« Certains ne deviennent jamais fous….Leurs vies doivent être bien ennuyeuses» Charles Bukowski

Mais cette fois ce qui m’a donné envie de lire ce roman c’est une émission sur la 2 dans laquelle j’ai vu l’auteur  Olivier Bourdeaut raconter sa vie et la naissance de ce premier roman

Piochées dans le livre, quelques petites citations

« mon petit, dans la vie il y a deux catégories de personnes qu’il faut éviter à tout prix, les végétariens et les cyclistes professionnels »

« je mentais à l’endroit chez moi et à l’envers à l’école, c’était compliqué pour moi, mais plus simple pour les autres.

« j’étais donc arrivé à ce moment si particulier ou l’on peut encore choisir l’avenir de ses sentiments. Je me trouvais désormais au sommet du toboggan je pouvais toujours décider de redescendre l’échelle, de m’en aller, fuir loin d’elle, prétextant un impératif aussi fallacieux qu’important. Ou bien je pouvais »… »me laisser glisser avec cette impression de ne plus  pouvoir rien décider, de ne plus pouvoir rien arrêter, confier son destin à un chemin que vous n’avez pas dessiné »

« je te jure devant Dieu tout-puissant que toutes celles que je suis vous aimeront éternellement »

Pour les curieux cette version de Whitney Houston qui pour moi en tout cas collerait bien mieux à l’esprit du couple, du roman….

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s