A quoi pensait-il

Ici je raconte ma vie…je filtre quand même une bonne partie…je ne parle pas de ma vie de femme, de ma vie de couple, de ma vie de belle-mère, je ne parle que de ma vie de maman,  dans le même esprit je parle de mes souvenirs d’enfance, parce qu’inévitablement je pense qu’ on revit un peu  (beaucoup ?) de notre enfance à travers nos enfants,  parfois je me demande si je raconte trop, je ne voudrais pas qu’on me reconnaisse, je ne dis rien de mal, mais je crois que je serai gênée….je  suis plutôt pudique avec mon entourage et je pense qu’à part mon mari avec qui je vis tous les jours et qui voit des aspects de moi que personne ne devine (je me rend compte à cet instant que j’ai passé avec lui un tiers de ma vie)  peu me connaissent vraiment. Ici je me laisse aller, parce que c’est parfois dur de garder tout pour soi, bref….

C’était la fête en Normandie le 26 juin…..

Quand j’étais enfant mes grands-parents organisaient une fête familiale,  une fête à la campagne en total décalage avec notre quotidien chez ma mère dans un quartier très urbain, très hlm….c’était un rendez-vous, on se voyait très rarement et  malgré  les désaccords, les mésententes, les soucis quotidiens, ma famille se réunissait tous les ans, le dernier weekend de juin. Mes grands-parents montaient une tente dans leur jardin, ils  installaient une grande table avec des tretots, le repas était toujours le même,  mon grand-père faisait cuire un cochon de lait à la broche, ma grand-mère préparait une jardinière de légumes délicieuse avec les légumes du jardin,  en entrée du melon, pour les adultes un demi-melon contenant du porto. Si je compte bien en moyenne on devait être entre 17 et 20  personnes, parfois un peu plus un peu moins, on adorait avec mon frère et ma sœur retrouver nos cousins, cousines. A quinze heures  en général le corso fleuri commençait, le défilé des chars, de la reine du village…et ensuite on partait sur la fête foraine et en fonctions des âges, manèges, pêche au canard, tirs à la carabine, auto-tamponneuse, pomme d’amour, chichis, barbe à papa…. Parfois on faisait durée la fête encore un peu, on restait le soir puis vers 23h minuit on allait aux feux d’artifices qui clôturaient la fête…..

Cette année encore c’était la fête en Normandie et j’en  garde tellement de bons souvenirs que j’y ai emmené mes enfants  et je pense que j’essaierais certainement d’être fidèle au rendez-vous tous les ans.

Ce qui a changé depuis plusieurs années c’est que mon grand-père a eu plusieurs cancers, qu’il est fatigué… mes grands-parents ont vieillis et ne peuvent plus nous recevoir comme avant, la famille s’est agrandit, des couples se sont séparés, ,des querelles ont scindées la famille, la plupart d’entre nous sont fidèles au rendez-vous on fait l’effort pour les petits, ça reste une fête, on est content d’être là …..mais c’est pas comme avant.

Pendant le défilé qui passe devant la maison de mes grands-parents, je me suis retournée plusieurs fois et j’ai vu mon grand-père sur sa chaise le regard perdu, à quoi pensait-il ? Jamais je ne lui avait vu cet air….il était ailleurs, il regardait le sol,  je suis allée le voir et il m’a dit qu’il souffrait énormément, dans tout son corps, il a des nouveaux examens à faire, il m’a dit « je ne suis pas serein », il pense a un nouveau cancer, ça me fait énormément de peine de le voir comme ça,  j’ai peur pour lui…..

Lors de notre dernière visite mes enfants étaient allées  chercher les œufs dans le poulailler avec ma grand-mère, je les ai pris en photo et ça m’a fait penser à ces photos qui trônent  dans leur salon, mon grand-père et moi qui revenons du poulailler, mon grand-père et moi cueillant des cerises dans le jardin, mon grand-père et moi revenant de je ne sais où dans la descente du garage….mon grand-père aujourd’hui a de grosses difficultés à rester debout, il est un peu en retrait, spectateur malgré lui…

J’ai peur pour lui, j’ai peur qu’il souffre, j’ai peur qu’il disparaisse….

Publicités

4 réflexions sur “A quoi pensait-il

  1. Comme je suis émue. Tant de choses à dire par rapport à cet article qui réveille en moi tant d’émotions. mon grand père que j’ai perdu il y a plus de deux ans. qui n’aura pu connaître mes bébés. Ces fêtes de famille qui ne sont plus comme avant sans « les anciens ». merci pour ces si jolis sentiments. pour cette clairvoyance. je pense bien à vous

    Aimé par 1 personne

    • Je me dis souvent que mes enfants on en effet beaucoup de chance de connaitre leur arrière grand-père, nous avons perdu leur grand-père paternel en novembre dernier, c’est dur tout ça…. un jour ce sera peut-être notre tour d’essayer de ressembler enfants et petits enfants ….. Merci beaucoup pour ce gentil message et ta sensibilité, gros bisous !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s