A quoi pensait-il

Ici je raconte ma vie…je filtre quand même une bonne partie…je ne parle pas de ma vie de femme, de ma vie de couple, de ma vie de belle-mère, je ne parle que de ma vie de maman,  dans le même esprit je parle de mes souvenirs d’enfance, parce qu’inévitablement je pense qu’ on revit un peu  (beaucoup ?) de notre enfance à travers nos enfants,  parfois je me demande si je raconte trop, je ne voudrais pas qu’on me reconnaisse, je ne dis rien de mal, mais je crois que je serai gênée….je  suis plutôt pudique avec mon entourage et je pense qu’à part mon mari avec qui je vis tous les jours et qui voit des aspects de moi que personne ne devine (je me rend compte à cet instant que j’ai passé avec lui un tiers de ma vie)  peu me connaissent vraiment. Ici je me laisse aller, parce que c’est parfois dur de garder tout pour soi, bref….

C’était la fête en Normandie le 26 juin…..

Quand j’étais enfant mes grands-parents organisaient une fête familiale,  une fête à la campagne en total décalage avec notre quotidien chez ma mère dans un quartier très urbain, très hlm….c’était un rendez-vous, on se voyait très rarement et  malgré  les désaccords, les mésententes, les soucis quotidiens, ma famille se réunissait tous les ans, le dernier weekend de juin. Mes grands-parents montaient une tente dans leur jardin, ils  installaient une grande table avec des tretots, le repas était toujours le même,  mon grand-père faisait cuire un cochon de lait à la broche, ma grand-mère préparait une jardinière de légumes délicieuse avec les légumes du jardin,  en entrée du melon, pour les adultes un demi-melon contenant du porto. Si je compte bien en moyenne on devait être entre 17 et 20  personnes, parfois un peu plus un peu moins, on adorait avec mon frère et ma sœur retrouver nos cousins, cousines. A quinze heures  en général le corso fleuri commençait, le défilé des chars, de la reine du village…et ensuite on partait sur la fête foraine et en fonctions des âges, manèges, pêche au canard, tirs à la carabine, auto-tamponneuse, pomme d’amour, chichis, barbe à papa…. Parfois on faisait durée la fête encore un peu, on restait le soir puis vers 23h minuit on allait aux feux d’artifices qui clôturaient la fête…..

Cette année encore c’était la fête en Normandie et j’en  garde tellement de bons souvenirs que j’y ai emmené mes enfants  et je pense que j’essaierais certainement d’être fidèle au rendez-vous tous les ans.

Ce qui a changé depuis plusieurs années c’est que mon grand-père a eu plusieurs cancers, qu’il est fatigué… mes grands-parents ont vieillis et ne peuvent plus nous recevoir comme avant, la famille s’est agrandit, des couples se sont séparés, ,des querelles ont scindées la famille, la plupart d’entre nous sont fidèles au rendez-vous on fait l’effort pour les petits, ça reste une fête, on est content d’être là …..mais c’est pas comme avant.

Pendant le défilé qui passe devant la maison de mes grands-parents, je me suis retournée plusieurs fois et j’ai vu mon grand-père sur sa chaise le regard perdu, à quoi pensait-il ? Jamais je ne lui avait vu cet air….il était ailleurs, il regardait le sol,  je suis allée le voir et il m’a dit qu’il souffrait énormément, dans tout son corps, il a des nouveaux examens à faire, il m’a dit « je ne suis pas serein », il pense a un nouveau cancer, ça me fait énormément de peine de le voir comme ça,  j’ai peur pour lui…..

Lors de notre dernière visite mes enfants étaient allées  chercher les œufs dans le poulailler avec ma grand-mère, je les ai pris en photo et ça m’a fait penser à ces photos qui trônent  dans leur salon, mon grand-père et moi qui revenons du poulailler, mon grand-père et moi cueillant des cerises dans le jardin, mon grand-père et moi revenant de je ne sais où dans la descente du garage….mon grand-père aujourd’hui a de grosses difficultés à rester debout, il est un peu en retrait, spectateur malgré lui…

J’ai peur pour lui, j’ai peur qu’il souffre, j’ai peur qu’il disparaisse….

Les gens dans l’enveloppe

IMG_20160425_000058[1]Pourquoi j’ai eu envie de lire ce livre ? J’ai eu un coup de foudre….A la maison je n’arrive pas à lire je sais pas pourquoi….enfin si je sais, j’ai pas envie, je suis quelqu’un qui lit dehors…
Je suis d’abord tombée sur une vidéo de l’auteure, Isabelle Monnin, elle était avec avec Alex Beaupain, chanteur, elle racontait comment lui était venue l’idée du roman et je me suis dit qu’il fallait absolument que je le lise.

(J’aime bien Alex Beaupain, enfin un peu, il a une chanson qui me fait marrer « le déluge » ou « après moi le déluge », ça me fait penser à un proche à l’égo démesuré « je sais c’est moi qui t’ai quittée, mais toi qui t’es ? pour penser qu’après moi, l’herbe repoussera, après moi je veux, qu’on soit malheureux…. »)
Bref, revenons à l’auteure, elle raconte qu’un jour dans une vente aux enchères elle achète un lot de photos de famille, elle ne savait pas que ça se vendait, qui pourrait vouloir acheter des photos d’inconnus ? elle est curieuse elle en achète un lot. Elle reçoit les photos, les découvre….Elle va imaginer une histoire autour de ces photos qui lui inspirent, lui évoquent l’histoire d’un abandon et d’autres choses…. Naitre, vivre, grandir et mourir au même endroit….
Quand j’ai eu le livre dans les mains la photo de couverture a confirmé mon coup de foudre. Je me suis imaginée à la place de l’auteure, ça devait être passionnant de recevoir ces photos « les gens dans l’enveloppe », les découvrir à un moment de leur vie, découvrir les présents ….deviner les absents…..
Son livre est composé de deux parties la première raconte l’histoire qu’elle a imaginée, les personnages qu’elle a inventés.Dans la seconde elle raconte son enquête, son travail de journaliste cette fois sur « les gens dans l’enveloppe » qu’elle a réalisé une fois le roman écrit pour ne pas être influencé.
Ce projet a inspiré un album à Alex Beaupain, ma chanson préférée est interprétée par Camélia Jordana « t’aimer ». 1:26 https://soundcloud.com/son_de_vie/extraits-de-lalbum-les-gens-dans-lenveloppe
Ce livre c’est une petite merveille, en le lisant (en grosse partie sur la route des vacances – 6h) j’ai pensé à tellement de choses….

En aparté encore… :) Le tiers payant

Y a quand même un rapport parce que quand on est parent on voit un peu plus souvent le médecin …

Je ne sais pas comment ça se passe dans le reste de la France mais là où j’habite en Ile de France les médecins font grève de carte vitale, (j’ai des retours de Normandie, apparemment là bas ils n’ont pas ce problème) ils font grève par rapport au tiers payant, par rapport au fait que vous n’auriez plus à avancer vos consultations, les médecins seraient remboursés directement par la sécurité sociale….Alors depuis plusieurs mois  les médecins refusent la carte vitale dans le but selon mon médecin « de noyer la sécurité sociale de feuilles de soins », parce que soi-disant ils ne pourraient plus exercer librement et  prodiguer la même qualité de soins…..mooouai….les arguments qui suivent sont les suivants…. »quand je rends visite à mes patients, ils ont un écran plasma, quand on peut s’acheter du plasma, on peut payer sa consultation » ….mooouai , enfin de nos jours on ne vend plus que des écrans plats non ? donc en gros si t’as la télé t as pas de problèmes financiers…ensuite vient l’argument « j’ai pas fait des études pour cocher des sommes sur des décomptes » , moi il me semble qu’avec le nombre de consultations qu’elle fait dans la journée elle pourrait peut-être se permettre une secrétaire à mi-temps non ? avec un patient tous les 1/4 d’heure (impossible donc tjs en retard, mais les patients sont là)  enfin, je dis ça, je dis rien… et puis le dernier argument, dernier mais non le moindre « y a un moment la gratuité c’est bien gentil mais ça suffit…. » ah ben il est beau le serment d’Hippocrate….lol

Honnêtement le système actuel me convient, je paie ma consultation je suis remboursée par la sécu dans la semaine…je ne sais pas si c’est une bonne idée ou pas, ..mais je ne vais certainement pas plaindre les médecins, ils ont fait des études bien sur, ils ont du mérite bien sur, ils travaillent dur bien sur, mais est-ce qu’ils se préoccupent par exemple de savoir si pour ma part la consultation pour mes deux loulous 52 euros il y a plus d’un mois ne m’a pas encore été remboursée ? non….le médecin il s’en fout, il a pas fait toutes ses études pour se préoccuper de ses décomptes….Ce qui me choque c’est de pénaliser le patient sans aucun problème de conscience, pour moi c’est pas en accord avec le domaine de la santé il vous explique tranquillement que son but c’est de retarder votre remboursement, de faire en sorte que la sécurité sociale soit débordée, par contre elle, elle encaisse mon chèque sans tarder…

Donc allons y gaiement !!! noyons la sécurité sociale de feuilles de soins lol bon il est probable que pour résorber le retard, la sécu fasse appel à des cdd, la sécu a bien besoin de ce genre de dépenses….D’autant qu’admettons qu’un médecin voit 60 patients sur 1 semaine, la sécurité sociale devra envoyée 60 avis de remboursement mail ou papier de façon individuelle, est-ce que ce ne serait pas une économie pour la sécu d’envoyer un seul et unique décompte au médecin ?

Il y a peut-être des éléments qui m’échappent, une partie de moi se dit t’as déjà de la chance d’être dans un pays qui rembourse tes soins médicaux….mais j’ai l’impression que tout ça n’est qu’une affaire de profits personnels….

Des jumeaux…et encore des jumeaux !

J’ai regardé la semaine dernière  l’émission « toute  une histoire …» sur le thème de ces femmes, ces couples parents de plusieurs paires de jumeaux…. Pour l’une d’entre elles,  trois couples de jumeaux !!!

L’annonce d’une deuxième ou d’une troisième grossesse gémellaire avait été un choc pour elles, une situation un peu dramatique pour chacune…Ce qui m’a marqué  dans cette émission  et ce que je comprends très bien mais qui peut paraitre paradoxal, c’est la frustration de ces mamans. Ces  femmes,  mères de famille nombreuses, mère de plusieurs couples  de jumeaux  avaient la sensation de ne pas sortir la tête de l’eau, de tout faire à la chaine,  elles  auraient  voulu pouvoir  pouponner un peu comme toute jeune maman voudrait pouvoir le faire. J’avais déjà vu une émission sur un thème similaire et  ce sentiment était assez fréquent et  présent chez toutes celles qui avaient témoigné, après leurs jumeaux, elles avaient toutes retenté l’aventure de la grossesse en espérant pouvoir vivre l’expérience d’une grossesse unique, d’une maternité plus « normale »…

Pendant de longues années j’ai attendu un enfant, sans aller dans le détail j’avais un peu imaginé, fantasmé la maternité…..et puis il y a eu la pma, l’heureuse annonce de cette grossesse gémellaire, l’accouchement et enfin la remise en question de tout ce que j’avais imaginé. C’était tellement intense, mes enfants me manquaient, j’avais l’impression de ne pas pouvoir être aussi proches d’eux que ce que j’aurais voulu, et je ne me l’explique toujours pas très bien, mais pendant cette période alors que j’étais submergée, que je me noyais dans les biberons, les couches, les nuits blanches, les reflux….je rêvais secrètement, d’une nouvelle grossesse. Ça me semblait totalement fou, je ne comprenais pas moi- même…

Au début, les premiers mois, ce qui m’a énormément, terriblement  manqué avec mes bébés c’était ce contact, le contact tactile, bien souvent les biberons en journée étaient donnés  dans les transats, ils y étaient tellement habitués qu’ils refusaient même parfois de boire un biberon dans mes bras quand j’en avais l’opportunité. L.es soins, les changes, les bains, les câlins  étaient donnés dans l’urgence ou en vitesse parce qu’un de mes enfants attendait toujours son tour…. je me souviens avoir pensé dans des grands moments de détresse  « c’est pas ce que je voulais ». Je culpabilisais beaucoup et  j’avais l’impression qu’ils n’avaient pas  autant d’attention que s’ils étaient un singleton.

Ce  lien fusionnel que j’avais tant espéré existe aujourd’hui entre mes enfants et moi, il n’y a pas de doute, il a juste été  un peu plus long à s’installer. Aujourd’hui j’ai vraiment le sentiment de leur donner toute l’attention dont ils ont besoin et je suis vraiment comblée mais les premiers mois, ce n’est pas ce que je ressentais.