Il renonce aux festivals

Bertrand Cantat était censé se produire en concert dans les festivals d’été. J’ai signé des pétitions personnellement pour qu’il ne puisse pas se produire et je suis contente qu’il se retire. Certains élus locaux avaient renoncé sous la pression à financer sa venue.

« Il a purgé sa peine », c’est ce que certains opposent, c’est vrai mais l’idée qu’un homme (ou une femme) qui a commis un meurtre puisse se faire applaudir, acclamer m’est insupportable…..mon avis c’est que cette personne, si elle devait reprendre dans ce métier,  devrait travailler dans l’ombre, en coulisse. Comment est-ce qu’on peut tolérer que cette personne reprenne sa vie comme si de rien…certains disent il a le droit de travailler…c’est vrai mais la scène c’est quand même particulier…

Je comprendrais qu’un mécanicien reprenne la mécanique, qu’un boulanger reprenne sa boulangerie….c’est avec les applaudissements, l’admiration d’un public que j’ai du mal…

Ce type a passé 8 ans en prison et il reprend sa vie, c’est son droit, c’est la justice….. mon droit à moi comme tant d’autres c’est de s’opposer à ce qu’on applaudisse un homme qui a tué….

Pour rappel extrait du parisien du 12 mars 2018

« Libéré en 2007 de la prison de Muret , Bertrand Cantat avait purgé plus de la moitié de sa peine après avoir été condamné à huit ans de prison par la justice pour les coups mortels portés à sa compagne d’alors Marie Trintignant en 2003 »

Il avait été condamné à 8 huit ans, il en a fait 4

http://www.leparisien.fr/faits-divers/bertrand-cantat-les-verites-du-juge-qui-l-a-libere-13-10-2017-7329999.php

Le juge qui l’a libéré s’exprime dans une interview au parisien:

Le juge raconte sa rencontre avec Bertrand Cantat, les conditions de sa détention et les raisons pour lesquelles rien ne s’opposait selon lui à sa libération avant la fin de sa peine de prison. Il répond ensuite à des questions   après la libération de Cantat :

Le suicide de son épouse Krisztina Rady ne vous a-t-il pas perturbé ?
Le mot est faible, j’en ai été bouleversé. J’avais rencontré une femme positive, dynamique, lumineuse. J’ai pensé à ses enfants comme j’ai pensé aux enfants de Marie Trintignant. A titre personnel, ce drame m’a d’autant plus marqué le jour où j’ai découvert sur Internet le «communiqué officiel» d’une avocate en mal de célébrité, me présentant en quelque sorte comme «co-responsable» du suicide de l’épouse de Cantat. Selon elle, j’aurais dû faire l’objet d’une inspection de la Chancellerie sur les conditions dans lesquelles j’avais accordé cette libération conditionnelle. Plus grave encore, il était expliqué que le chapitre consacré dans mon livre au dossier Cantat n’avait été écrit que pour couvrir les violences supposées sur son épouse. Une attaque véritablement pernicieuse. L’auteure de ce pamphlet, si elle s’était renseignée, aurait appris que mon livre avait été envoyé pour impression fin 2012, plusieurs mois avant que l’on connaisse l’existence de l’appel téléphonique troublant de Krisztina à ses parents. Je n’ai pas répondu à l’époque, obligation de réserve oblige. Mais cela reste pour moi une blessure indélébile.

N’y a-t-il pas un trouble public quand il donne une interview, sort un disque ou se produit sur scène ?
Je n’ai pas à porter un jugement d’ordre moral sur le choix qu’a fait Cantat de revenir dans la lumière. Je constate seulement que sa libération s’est déroulée sans le moindre incident. Par la suite, il m’a semblé que son retour sur la scène publique s’est déroulé de manière progressive, discrète, décente. Bien sûr, la discrétion est la règle pour la réinsertion de condamnés à de longues peines, c’est aussi une condition pour que s’exerce le «droit à l’oubli». C’est ainsi que j’ai pu, sans que cela ne s’ébruite, accorder ou favoriser la réinsertion de détenus auteurs de faits criminels ayant eu un retentissement exceptionnel. Pour Bertrand Cantat, c’est tout autre chose. Impossible d’imaginer pour lui ce droit à l’oubli, comme le montre la polémique de ces derniers jours. De toute façon, lui-même n’oubliera jamais ses actes. Depuis une certaine nuit de juillet 2003, je le crois plongé dans une culpabilité profonde, une souffrance inextinguible, une prison intérieure dont aucun juge ne pourra le libérer.
Comprenez-vous l’émotion que cela puisse susciter au sein de la famille de Marie Trintignant ?
Totalement. J’ai apprécié le silence digne de Nadine Trintignant lors de la libération de Bertrand Cantat alors qu’elle était invitée sur une chaîne télévisée.

 

Dans le journal le point Nadine trintignant, mère de Marie Trintignant

« comment se fait il qu’un homme où on sait qu’il a tué, ce n’est pas un mystère….comment ose-t-il ? Je trouve honteux, indécent, dégeulasse, qu’il aille sur scène » « « je me demande ce que les gens qui y vont pensent. Qu’est ce qu’ils font du sang, des coups, des larmes?……tout le monde semble avoir oublié le nombre de coups qu’à reçu Marie : vingt-trois ! vingt-trois coups »

Je ne comprends pas non plus ……

 

Publicités

18 réflexions sur “Il renonce aux festivals

  1. je vais le voir pour sa musique et en aucun cas acclamer l homme. Lui interdire de se produire ça revient à dire qu’un homme est défini par ses actes. Tout le monde a le droit à la réinsertion, star ou pas.

    Aimé par 2 personnes

      • Hélas c’est toujours la même chose ces derniers temps. Les points de vue populaires passent avant la loi et la justice. Le monde a l’envers.

        J'aime

      • Ben je pense que si le jugement populaire était passé avant il aurait passé plus de 4 ans en prison. Entre autre c est peut-être ça aussi qui passe mal une peine qui parait très faible

        Aimé par 1 personne

      • C’est certain. D’ailleurs on a bien vu les conséquences des jugements populaires dans le passé, souvent bien plus dures que la justice. On se rappelle que les jugements populaires tondaient les femmes, battaient les hommes, brûlaient les « sorcières », condamnaient sur simple dénonciation, jalousie du voisin, sans procès, sans preuve. Mais là c’est différent bien sûr, on lynche simplement un homme médiatiquement. Il est vrai que toute la populace qui l’a condamné était dans cette chambre, sait ce qu’il s’est passé, a assisté au procès, fait des études de droits. Le jugement ne plaît pas alors tant pis pour la loi, la justice, les droits de l’homme. Après par les temps qui courent on voit bien la signification des droits de l’homme, un vague souvenir, une vague symbolique qu’on utilise quand ça nous arrange mais qu’on oublie aussitôt qu’on s’estime plus intelligent que les lois d’ici ou d’ailleurs. Ce que notre pays devient me fait peur et honte.

        J'aime

      • La pétition est un droit. Bruler un homme est un meurtre le battre est un délit . Je suis désolée tu peux t enflammer c est pas la même chose….j estime qu un homme qui a commis un meurtre n a pas sa place dans des festivals, encore une fois n a pas être acclamé.je l exprime…..alors ça peut te paraitre archaïque ça peut te faire honte peu importe….

        J'aime

      • Je me doute bien que si cet ensemble (toi, les autres, bref, le mouvement en général) se moque de la loi, de la justice et des droits de l’homme, ma petite opinion offusquée n’a que peu d’importance. Les pétitions sont légales c’est vrai mais le harcèlement l’est-il ? Ou alors ce n’est pas du harcèlement ? Ou alors le harcèlement est justifié dans certains cas ? Dans quel cas ? Pas ceux définis par la loi en l’occurrence. Finalement invoquer le droit n’est-il pas hypocrite quand la personne en fasse n’a pas le droit d’en faire de même et quand le fond du problème est le non respect des lois, de l’application de ces lois ? Les lois ne sont donc pas les mêmes pour tout le monde et il l’a bien cherché après tout. On dit ça de tellement de choses aujourd’hui : « il/elle l’a bien cherché ». La chaudasse et ses mini jupes elle l’a bien cherchée aussi. Mais elle n’a rien fait de mal ou d’illégal contrairement à BC quoique pour certains c’est mal de s’habiller de façon provocante. Alors quelle notion du mal retient-on ? Le mal illégal mais la loi après application n’est pas respectée alors c’est un peu facile. Le mal selon toi ? Le mal selon lui ?
        Je philosophe, j’ai un mari et un gamin malade, j’ai pas dormi et dans ce cas je philosophe pardon ! 😉

        J'aime

      • Non mais dans l ensemble je comprends ce que tu veux dire. Après sur une pétition je trouve que tu me mets dans une case et me prête des idées qui ne sont pas les miennes. J en fait un cas a part c est vrai dans le sens ou c est un homme public tout comme je pourrais mettre a part un homme politique….j ai l impression qu on met a l honneur en invitant dans des festivals une personne qui selon moi ne devrait pas l être….enfin t as compris. Apres tu peux encore me dire que je suis hypocrite barbare stupide je t en voudrais pas😂😉

        J'aime

    • je relis « cela revient à dire qu’un homme est définit par ses actes »…. mais par quoi d’autre serait il définit? la gentillesse, la bienveillance, la générosité ce sont des actes comme l’inverse…je vois pas du tout ce que vous voulez dire….si on me disait que Dutrout avait peint la toile la plus belle, la plus exceptionnelle au monde en aucun cas j’en voudrais chez moi….en raison de quoi ? de ces actes…

      J'aime

    • je relis « cela revient à dire qu’un homme est définit par ses actes »…. mais par quoi d’autre serait il définit? la gentillesse, la bienveillance, la générosité ce sont des actes comme l’inverse…je vois pas du tout ce que vous voulez dire….si on me disait que Dutrout avait peint la toile la plus belle, la plus exceptionnelle au monde en aucun cas j’en voudrais chez moi….en raison de quoi ? de ces actes…

      J'aime

  2. Eh bien,voilà un sujet polémique. Je rapproche plus cela du fameux « faut il dissocier l artiste de son œuvre ? « évoqué régulièrement avec Céline,Woody Allen… J ai lu pas mal d avis sur le retour de Cantat. Des points de vue très divergents et comme le chanteur m indiffére cela n impacte pas mon opinion… Oui,il a le droit d exercer son métier mais oui,être discret aurait été honorable (J avoue que le suicide de son épouse n aide pas à rester neutre). Un peu comme de père de la reine Maxima (ministre sous la dictature Argentine) aux Pays Bas,qui participait aux événements privés de la famille mais n était pas convié aux grands événements (mariage,intronisation…). Un peu de tact et d intelligence de part et d autre. C est un sujet où chacun exprime ses convictions profondes alors oui être modérée est difficile.

    Aimé par 1 personne

    • Oui c est exactement ça faut il ou pas dissocier ? Moi je ne peux pas….merci beaucoup pour tes commentaires toujours très intéressants. Je me souviens de la plupart. Sur les généralistes et leur grève de la carte vitale, les élections, il me semble sur les familles recomposées….

      J'aime

  3. Ah ça c est très gentil. J entendais récemment que les grands débats étaient une passion Française. Il faut croire que nous respectons la tradition ! Et lire des avis divergents et argumentés peut parfois nous amener à penser différemment.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s